Le quotidien des congolais marqué par des vicissitudes de tout genre peut faire l’objet de mise en scène. Il garantira suspense, drame, horreurs. Bref, tous les genres de la fiction. #ComédieCongolaise, concept en vogue depuis plusieurs mois tend à théâtraliser ce quotidien souvent dramatique. Il vaut mieux peut être en rire plutôt qu’en pleurer. Dans les lignes qui suivent nous définirons ce qu’est la #ComédieCongolaise et l’illustrerons à travers deux exemples tirés de faits récents : le passeportgate et l’accord de la St Sylvestre.

Samedi 16 Septembre 2017, le jour se lève. Mon téléphone est sur le point d’exploser suite aux nombreuses notifications que je reçois de mes amis. En cause un communiqué émanant du Ministère des Affaires Etrangères. À l’ère d’internet et des « fake news », je me permets de douter un moment de l’authenticité du document. Erreur ! il est bien réel, Il compte 4 paragraphes et sonne comme une mise en demeure pour des millions de congolais détenteurs de passeport semi-biométrique. Dans trente jours exactement, ils ne seront plus valides. La nouvelle tombe tel le déferlement d’un ouragan non-annoncé par les météorologues. Les conséquences sont énormes et sous-estimées.

Le passeport est un document indispensable, c’est grâce à lui que nous pouvons être identifiés en dehors de notre pays. Aujourd’hui, de nombreux Congolais sont à l’étranger pour diverses raisons : études, business, santé, économique, politique, etc. Certains en attente de visas, d’autres avec des visas en cours de validité. Mais tous n’ont que trente jours pour changer de passeport.

Il n’est pas évident par les temps qui courent de rassembler les fonds nécessaires, se bousculer entre les services habilités pour l’octroi du tout nouveau passeport biométrique, faire la course aux ambassades et aux chancelleries pour ceux qui sont à l’étranger et aux Ministère des affaires étrangères pour ceux sur le territoire national. Pour ceux qui disposent de visas valides, ils doivent courir dans les chancelleries d’autres pays pour une hypothétique transposition des visas.

À s’interroger si le Vice-Ministre des Affaires Etrangères, signataire du communiqué, avait intégré toutes les implications énumérées ci-haut. Cette mise en demeure brutale viole le principe d’intangibilité des droits acquis garanti par la loi et entraîne automatiquement un conflit ouvert entre les citoyens et l’Etat. Un délai plus raisonnable, une réduction du coût, une campagne de sensibilisation, une communication adéquate ; avec ces quelques mesures mises en œuvre, la décision aurait pu être comprise et le respect du citoyen aurait été préservé.

Cette scène du « PassportGate » est une illustration parfaite de ce que j’appelle : la Comédie Congolaise.

 

 

La #ComédieCongolaise

Ce Hashtag est une expression qui résume bien l’enchaînement de drames qui se déroulent sur une immense scène de 2.345.000 km² avec une brochette d’acteurs-clés d’un côté, et des millions de spectateurs de l’autre.

Le cinéma et la politique ont, en effet, bien des choses en commun. Au-delà des « acteurs » et les scènes qui se succèdent, on y retrouve suffisamment d’imagination. Si pour le cinéma, cela relève du scénariste avec des conséquences sur nos émotions, en politique cela relève d’un travail d’officine avec des implications bien réelles et directes sur de nombreuses vies.

La règle qui veut que la fiction soit toujours bien au-dessus de la réalité ne se vérifie pas toujours dans la #ComédieCongolaise. Car, dans cet immense studio, s’enchainent non sans tristesse des drames, tragédies, comédies et autres intrigues en tous genres

Cette #ComédieCongolaise se définit par :

  1. L’attitude des acteurs : ils ont l’art de dire ce qu’ils ne font pas. Avec des mathématiques où 1+1 n’égale jamais 2 comme pour prouver qu’en politique tout est possible. Des équations dont les solutions paraissent parfois évidentes mais qui ne trouvent pas d’issue.
  2. Un vocabulaire particulier : l’apparition de nouvelles expressions appropriées à une circonstance ou à un moment politique donné dont certaines : Wumela, Yebela, Glissement.. ont été répertorié par Tresor Kibangula de Jeune Afrique dans un petit lexique.
  3. L’apparition avec les réseaux sociaux de personnages fictifs peignant dans l’humour les faits politiques vécus. Toto, Maman Emilie, Mukeba, … nous en sommes tous familiers.
  4. Des polémiques stériles : Beaucoup de temps sont accordés à des polémiques inutiles et parfois sans fondement. La vacuité du débat politique portent essentiellement sur les individus ou sur les évènements et non sur les questions de fond. Quand il faut discuter du fond on privilégie la forme.

Accord-Sauveur de la Saint Sylvestre, autre illustration de la #ComedieCongolaise

Acte 1 : 32 personnes réunies autour des prêtres catholiques pour représenter plus de 70 millions de congolais et décider de comment le pays sera géré après le 19 décembre 2016. Un accord sera trouvé  in extremis la veille même de 2017. Il sera néanmoins signé « sous réserve » d’une part et, « sans réserve » de l’autre. Les hommes du dialogue et ceux du régime spécial se sont enfin accordés. Ils viennent de mettre en place un régime hybride semi-constitutionnel politiquement accordée. Le plus inspiré aujourd’hui parlerait de régime semi-biométrique. Comme pour le 30 juin 2005, le 19 décembre 2016 passa sans élèctions… Une bataille reportée pour les spectateurs.

Acte 2 : La suite de l’accord affectueusement appelé « arrangement particulier », comme pour mieux décrire son importance, a pris plus de temps à être élaboré que son texte de référence. Suite à la mort tragique du Sphinx de Limete, s’en sont suivi des batailles fratricides avec exclusion, auto-exclusion, dédoublement-débauchage, la crise sensée être résolue par l’Accord-Sauveur, neuf mois plus tard n’a que peu avancé vers sa résolution.
Et le spectacle continue.

Quelques fois, il vaut mieux en rire qu’en pleurer. Mais derrière ce rire se cachent des cœurs qui saignent. On se croirait dans un étrange remake des meilleures séries américaines tels que Game of thrones ou House of cards . avec leurs lots de théories du complot, de lutte de pouvoir, d’argent, de manipulation, de chantage, bref de chaos.
Pendant ce temps, la bière ou la prière accompagne les spectateurs dans les moments de suspense. S’ils choisissent un jour de devenir acteurs, peut être décideront ils de l’épilogue du film.

Ainsi peut aussi se peindre le tableau de la comédie congolaise, le quotidien des Congolais. Nous ne sommes pourtant pas condamnés et nous ne vivons pas dans deux mondes comme on en donne l’impression : L’un virtuel sur les réseaux sociaux et l’autre réel. Nous sommes tous Congolais et nous appartenons tous au Congo. Chacun de nous est acteur et a sa partition à jouer. Les nations se façonnent par des crises. Ce que nous avons décrit ci-haut n’est pas une fatalité, au contraire c’est une opportunité pour cimenter notre attachement à la patrie. L’amour, d’abord l’amour, doit constituer le socle des nos actions présentes et futures.

La comédie congolaise est une interpellation pour nous tous à une prise de conscience, un sursaut patriotique pour léguer un pays digne à notre postérité.
Ce texte est aussi une manière pour moi de jouer mon rôle. Je nous invite donc, partout où nous sommes, à être des auteurs et des acteurs de films merveilleux où le développement de nos ressources humaines feront éclore notre potentiel économique.

Et pour que cesse la #ComédieCongolaise.

Rideau .

D’ autres exemples de #ComédieCongolaise :

 

  1. Beaucoup de vérités dites sur un ton bien ironique propre à ce joyeux peuple de la RD Congo. Sans cette ironie nous serions sans doute tous abattus par le poids de nos défis.

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>